Découvrez quelques portraits d'enfants

Entre 2017 et 2019, nos programmes d’éducation ont bénéficié à 30 enfants inscrits à l’école avec un taux de rétention de 99,7%. Parmi ses 30 enfants, 12 mères ont généré une source de revenus; ce qui a influencé la capacité de leurs enfants de profiter de l’éducation qu’ils reçoivent, dans la mesure où les enfants étaient nourris et en meilleure santé, capables de se concentrer à l’école. EduforHope vous présente ci-dessous les portraits de cinq de ces enfants/familles.

Je m’appelle Aicha-Mawa-Adama Konaté et je suis mère de six enfants. Suite à un accident du travail et par manque de ressources financières pour payer les soins hospitaliers, mon mari succombe à ses blessures et décède devant nos enfants. Je lave des vêtements dans mon quartier pour subvenir à nos besoins mais malgré cela, j’ai perdu ma maison par fautes de pouvoir payer le loyer. EduForHope s’est engagé à me trouver un foyer et 3 de mes 6 enfants sont allés à l’école pour la première fois.

Je m’appelle M’Balia Sylla et je suis la fille d’une mère veuve de six enfants. Ma mère se lève à 5h du matin pour acheter ses fruits et légumes à Matoto (à 15 km) et les vend à Kaloum pour pouvoir nous nourrir. Pour contribuer au repas de ma famille, moi aussi je vendais des sachets d’eau dans la rue à Kaloum. Grâce à EduForHope, je vais à l’ecole désormais et je suis déterminée à continuer dans cette voie.

Je m’appelle M’ballou Sylla et je suis la fille d’une mère veuve de six enfants. Malgré mon rêve de devenir médecin, je marchais de Hafia à la Minière et Taouyah (environ 3 km) pour vendre des oranges tout au long de l’année scolaire afin de pouvoir acheter mon petit déjeuner et mes fournitures scolaires. Grâce à EduForHope, je ne vends plus dans la rue car mes frais de scolarité et mes fournitures scolaires ont été payés. Je suis la plus chanceuse de mes autres 3 soeurs qui ne sont jamais allées à l’école.

Je m’appelle Fatou et ma mère est veuve avec 9 enfants. Elle se lève à 5h du matin tous les jours pour rencontrer des pêcheurs et obtenir du poisson frais qu’elle revend. Elle est donc absente toute la journée. Moi et mes frères passons toute la journée dans la rue et n’allons pas à l’école. Eduforhope a réussi à m’inscrire à l’école moi et mon petit frère Ismael pour nous sortir de la rue. Nous brisons enfin le cycle vicieux de la pauvreté dans ma famille.

Je m’appelle Adama Bah et ma mère est veuve avec 5 enfants. Elle gagne 30 $ par mois. On vit dans une maison d’une pièce dans un immeuble collectif. Aujourd’hui, EduForHope m’a inscrite à l’école avec mon frère Thierno Bah.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir les dernières actualités de nos interventions.